logo strategies-options Accès Site
 
panier
"Gérer, c'est prévoir"
Le site consacré aux stratégies de trading incorporant des produits dérivés, en particulier des options.
Accueil  >  ABC des Options  >  Ordre stop ou pas stop ? 

Ordre stop ou pas stop ?

Publié le 12 Septembre 2018 par Aretha Gestion
icone rss


De l’utilité de l’utilisation des ordres stop loss.

S’il est bien un élément récurrent sur les marchés qui laisse toujours une impression de débat non conclu, c’est bien l’utilisation ou non d’ordre stop. Les ordres stops sont des ordres qui permettent aux acheteurs de vendre automatiquement leurs positions si un certain niveau de cours est côté lorsque le sous-jacent (actions, futures, etc…) baisse, ou au contraire d’acheter une certaine quantité de sous-jacent automatiquement en cas de hausse du sous-jacent au-delà d’un niveau donné.



Utilisation


Il s’agit donc d’ordre qui seront utilisés lorsque le marché ne va pas dans le bon sens par exemple pour sortir immédiatement. On évite ainsi en théorie des pertes trop importantes.
Ils peuvent aussi être utilisés lorsque que la conviction du trader est validée sur le marché (ex j’achète si le cours de l’action dépasse tel niveau car à ce moment le mouvement de hausse que j’anticipe sera bien en train de se matérialiser).


Après enquête….

Le problème avec les ordres stops c’est qu’ils sont généralement des ordres au prix du marché qui s’exécutent lorsqu’un cours est touché. Or les ordres au prix du marché peuvent parfois s’exécuter avec des décalages très importants, en particulier lorsqu’il y a des situations de stress est que par exemple les acheteurs sont beaucoup plus bas que le niveau auquel l’ordre stop a été déclenché.
Si je mets un ordre stop de vente d’un titre à 90 et que lorsque le cours s’échange à 90 il n’y a qu’une toute petite quantité disponible de titre et qu’ensuite le meilleur acheteur se trouve à 60, mon ordre stop sera exécuté non pas à 90, mais à 60.
Inversement si mon ordre stop à l’achat est à 110 mais qu’il n’y pas suffisamment de quantité à la vente à 110 mais que c’est à 140 que se situe le meilleur vendeur, j’achèterai à 140.
Cela peut donc produire des décalages et des surprises d’exécution très importants en pratique, rarement des situations heureuses (par exemple lorsqu’il y a des gaps, que les cours bondissent ou plongent dès l’ouverture, ou lors de flash krachs).

Comme pour tout en trading, il est toujours intéressant de chercher à comprendre comment cela se passe pour les institutionnels, les gros opérateurs / gestions importantes et s’ils sont enclins à utiliser ce type d’ordre…. Ou pas.
Imaginez un instant une grosse gestion qui détient plusieurs milliards d’investissements dans une société, des millions de titres, par exemple un assureur.

Vous semble-t-il possible que le gérant mette un ordre stop sur cette ligne de titre et se disant « j’ai acheté ces 100 millions de titres à un prix moyen de 80, il s’en échange chaque jour 1 million sur le marché, ils cotent aujourd’hui 75, si on cote 70 j’en vends pour 8 milliards et je prends le risque d’un gap où si le titre chute dès l’ouverture à 60, je fais moi-même à cause de la taille de mon ordre chuter encore plus le titre et je serai exécuté en moyenne à 50 ? Pensez vous un instant que ce gérant puisse justifier cette stratégie « stop » lors d’un comité de gestion ou plus généralement à son/ses responsables ?
Et si, cerise sur le gâteau, c’est tous les titres d’un indice qu’il détient en portefeuille qui gapent, par exemple il est investi sur un indice et le marché part en krach un matin, est-il concevable qu’il puisse avoir tous ses ordres exécutés aux cours souhaités et que les autres gérants ne soient pas dans la même situation et n'amplifient pas le mouvement ?

Ce qui signifie que pour les « grosses » gestions, les institutionnels, les ordres stops ne peuvent être un choix retenu dans la gestion du pire, sous peine de se tirer une balle dans le pied et que ce soit ces ordres stops qui fassent eux-mêmes baisser encore plus le marché et donc matérialiser des pertes encore plus importantes.


La seule alternative utilisée

Mais alors que reste-t-il comme possibilité pour éviter à un gérant de faire bouger encore plus le titre qu’il veut vendre en cas de panique ?
Les options. Si les cours chutent et qu’il a payé des puts, il lui suffit d’exercer par exemple ses puts pour être certain de vendre la quantité qu’il souhaite (toute la quantité, d’un seul coup) à un prix fixe, certain, sans accroitre la baisse du titre par sa vente.

Voilà pourquoi les options ont encore de beaux jours devant elles, parce qu’il n’y a pas d’alternative pour les institutionnels qui souhaitent se couvrir en cas de krach ou de baisse prononcée.


PS : Vous imaginez Goldman Sachs mettre un stop sur 600 milliards de dollars tous les vendredi soir en priant qu’il ne soit pas exécuté le lundi matin ?

Suivant : Trader Les Options Sur Le Cac40 ou Les Lettres Des échéances Des Contrats Futures
Précédent : Les CFD, Les ETF, C'est Quoi ?

Aretha Gestion
D'autres Fiches
Le Risk-Reversal
- Stratégies Options Fondamentales -
Le Risk-Reversal
Le risk reversal est une des stratégies les plus souples avec les options.
Le delta ∆
- ABC des Options -
Le delta ∆
Le delta ∆ d'une option correspond au taux de variation du prix de cette option par rapport au sous-jacent.
Les Ratio Spreads : Une première approche
- Stratégies Options Avancées -
Les Ratio Spreads : Une première approche
Principal objectif du ratio spread : -Être financé par le marché pour un mouvement limité.
Actualisation : un principe fondamental
- ABC des Options -
Actualisation : un principe fondamental
L'actualisation est un procédé qui permet de comparer les flux financiers.
Les turbos warrants: sensibilité à la volatilité
- Warrants, Turbos, Options Binaires -
Les turbos warrants: sensibilité à la volatilité
Les prix des turbos warrants fluctuent vis à vis des variations de la volatilité à l'instar des options, mais pas dans les mêmes proportions.
Interprétation de N(d2) dans le modèle de Black-Scholes
- Modèles d'évaluation d'options -
Interprétation de N(d2) dans le modèle de Black-Scholes
Que signifie N(d2) dans le modèle Black & Scholes